L' Union Professionnelle Peinture et Finitions (UPPF) est une organisation professionnelle qui a pour but de représenter et défendre les entreprises de bâtiment
auprès des pouvoirs publics, des décideurs économiques et des autres acteurs de la construction.

Membre de la Fédération Française du Bâtiment

Le bâtiment, une richesse pour la France!

espace adhérent

espace adhérent

Email utilisateur :

Mot de passe

Mémoriser ses identifiants

OK

Vous êtes ici > > >

OK

Edito

Petits peintres, petits poseurs, grosses entreprises…

Le 05 octobre 2019

Le bâtiment, et plus particulièrement les métiers de la finition, est agité depuis des mois par un débat qui tourne autour de la représentativité, avec des conséquences importantes sur notre quotidien. De plus, cette polémique est totalement inaudible pour l'immense majorité de nos confrères.

 




Même si le métier de « patron » pour une entreprise de deux compagnons ou de cinquante salariés est différent dans ses missions, en réalité la finalité du management et les bases de la gestion restent la même, à savoir rassurer ses clients et donner confiance en ses collaborateurs. La passion est dans tous les cas identique.

En outre, très souvent les clients, les chantiers, les fournisseurs sont les mêmes, les compagnons sont issus des mêmes formations et les problèmes de recrutement et de qualité sont partagés. De plus, n'oublions pas qu'une petite entreprise a vocation à grandir, à s'adapter et très souvent affronte les mêmes difficultés que les entreprises de taille supérieure.

Le débat actuel visant à fracturer notre corporation entre les entreprises de plus de dix et moins de dix salariés est aberrant et dangereux. Il crée une frontière, certes invisible sur les chantiers, mais totalement réelle dans la gestion par une distorsion de concurrence, d'accès à la formation, voire de conditions de travail. Il y a plus de grandeur à rassembler qu'à diviser. 

Les structures représentatives, appelées aussi corps intermédiaires, sont de plus en plus discréditées dans l'opinion. Le débat actuel, alimenté par la CAPEB, va malheureusement conforter cette image négative auprès de nos clients et de nos compagnons actuels et futurs.

Quels que soient notre taille, nos marchés et nos métiers, nous serons toujours plus forts unis pour affronter les évolutions et les changements nécessaires à notre profession et aborder les nouveaux types de marchés.

Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres et à travailler ensemble sur notre attractivité pour attirer les talents qui demain feront vivre nos entreprises, qu'elles soient artisanales, PME ou grandes entreprises.

 

Bruno LUCAS
Président de l'Union Professionnelle des Métiers de la Finition


Le 05 octobre 2019